La rose et l'armure

Publié le par Nathalie - Tamara

La rose et l'armure

"Suivant la longue métamorphose qui m’éloigne de mon passé,
J’ai croisé une rose qui ne pouvait pas avancer.
Pas qu’elle n’ose pas la chose mais n’y avait jamais pensé
Depuis toujours tenant la pose quand les regards l’éclaboussaient
Elle a la couleur de l’amour, bien que je n’l’aie jamais croisé
Bien qu’à la lumière du jour les fleurs sont toutes belles à crever.
Alors j’ai mis la route en pause
A ses côtés, me suis posé
Puisque cette rose semblait morose d’être seule au jour achevé

Ma rose Ma rose Ma rose
Ecoute mes murmures.
Ma rose…
Tu peux être sûre
Que tu n’seras plus jamais seule pour franchir les murs.
Il y a d’la place sur mon épaule pour une rose et son armure

Suivant la course du soleil avec nos yeux fatigués,
On s’est raconté nos merveilles et nos tristesses irriguées.
On n’avait pas grand-chose à faire alors on s’est allongés
Avec ma rose j’ai fait la guerre à mon envie de voyager.
Mais au matin la route appelle alors je lui ai proposé,
Si elle osait me faire l’honneur d’avancer à mes côtés
Même si ton armure est trop lourde, bien qu’elle t’ait toujours protégée
Sache que la vie est sourde quand elle ne doit pas nous blesser

Traversant tous les bruits du monde avec ma fleur à mes côtés,
Me nourrissant à chaque seconde de sa douceur et sa beauté,
J’ai croisé un ruisseau immonde qui a cru bon de refléter
L’image d’un monstre aux plaies profondes, un guerrier triste et abîmé
Comment, ma rose, peux-tu subir pareille offense à ta splendeur ?
Et comment puis-je réussir à oublier quelle fut l’erreur
De t’arracher à ton jardin à cause d’un vide dans mon cœur ?
Mais elle m’arrête et puis m’embrasse… Ma rose rit, et moi je pleure…

Ma rose…
Que ça peut être dur
Ma rose…
Depuis que ma vie dure
Je n’avais jamais eu personne pour guérir mes blessures
Jusqu’à c’qu’un jour une rose vienne se poser sur mon armure."

Publié dans Textes amis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :